Главная

Les suites...

Документов: [ 58 ]
Arsène LEFORT - Le grand secret de D'Artagnan - Série Mousquetaire - 1955
Arsène LEFORT - Le grand secret de D'Artagnan - Série Mousquetaire - 1955
Arsène LEFORT - Le grand secret de D'Artagnan - Série Mousquetaire - 1955 Editions d’Hauteville, 1955, 214 p. Comme bien d'autres suites apocryphes des mousquetaires, Le grand secret de d'Artagnan vise à utiliser le "trou" qui sépare les deux premiers romans de la trilogie de Dumas. Arsène Lefort s'en explique dans une Note préliminaire où il écrit notamment: "entre la fin des Trois mousquetaires et le début de Vingt ans après, il s'écoule en effet une vingtaine d'années qui, selon l'affirmation de Dumas, auraient été pour d'Artagnan d'une monotonie constante et sans la moindre aventure". Or, poursuit-il, d'Artagnan a vécu pendant cette période une "aventure extraordinaire" que Dumas a ignorée. En effet, écrit Lefort, cette aventure est restée "le secret exclusif de d'Artagnan… et de sa sœur", femme "insigne" dont "les Mémorialistes et les Historiens n'ont pas connu l'existence". Le roman raconte donc comment, au début de la Fronde, d'Artagnan récupère, en volant au secours d'une jeune fille agressée, un ensemble de documents prétendant prouver que Louis XIII n'était pas le fils d'Henri IV et que Louis XIV n'a donc pas droit au trône. De quoi faire vaciller le trône de France et mettre l'Europe à feu et à sang… Une lutte terrible s'engage alors entre Condé (qui deviendrait l'héritier légitime de la couronne) et d'Artagnan pour la possession des documents. Au final, le mousquetaire l'emporte, bien sûr, et détruit sagement les manuscrits. Le récit ménage quelques scènes de bravoure: le gigantesque coup de bluff de d'Artagnan qui prend sur lui d'investir l'hôtel de Condé pour faire céder le prince en lui faisant croire qu'il est mandaté par la Reine; une orgie très réaliste dans les bas-fonds de Paris, où la jeune et pure héroïne est menacée de perdre son honneur (ce qui est courant dans les romans populaires), mais de façon beaucoup plus explicite que d'habitude… Une curiosité enfin: le bras droit de d'Artagnan dans cette aventure où n'apparaît aucun des trois autres mousquetaires n'est autre que sa sœur aînée Germaine, prieure de couvent, qui cache les documents, intervient auprès de la Reine, etc... Un récit très honorable, donc, même s'il n'est pas d'une inventivité exceptionnelle. Note: le livre a également été édité dans la "Collection Mousquetaires" aux côtés d'un autre roman de Lefort, La captive de la Tour-Mystère.
2
(А.Дюма), П.Маален   Сын Портоса
(А.Дюма), П.Маален Сын Портоса
(А.Дюма), П.Маален Сын Портоса (подарочное издание) Твердый переплет Ориг.название Le Fils de Porthos Авторы Александр Дюма, Поль Маалэн 145х215 мм (средний формат) 704с., 2012 ISBN 978-5-7827-0132-1 Издательство Интрейд Корпорейшн Переводчик В. Жукова Твердый переплет Стильно оформленное подарочное издание в кожаном переплете с трехсторонним золотым обрезом. Обложка украшена золотым тиснением. Книга является сюжетным продолжением романа "Виконт де Бра-желон", и главными героями ее являются Арамис и сын Портоса Жоэль. По лихости и динамичности сюжета это произведение во многом напоминает столь любимых читателями всего мира "Трех мушкетеров". Погони и дуэли, отравления, любовные приключения, бесчисленные интриги двора Людовика XIV - все это нашло свое ярчайшее отражение на страницах этого произведения и в огромном количестве великолепных иллюстраций, в деталях изображающих всех действующих героев и все события книги.
4
Léon Hermance  Les cent amours de D'Artagnan
Léon Hermance Les cent amours de D'Artagnan
Léon Hermance  Les cent amours de D'Artagnan Paris, Fayard et Cie, editeurs, 1936, 260 p. Tout comme Les cent duels, Les cent amours de d’Artagnan se situe entre Les trois mousquetaires et Vingt ans après. Là, nous sommes à la fin du «règne» de Richelieu, pendant la montée en faveur de Cinq-Mars et ses complots pour renverser le cardinal. L’intrigue tourne autour de Lyonna, fille de Concini, le maréchal d’Ancre, et seule héritière de son immense fortune. Cette dernière est convoitée d’une part par Richelieu qui veut faire disparaître la jeune fille, et d’autre part par les jésuites, en la personne d’Aramis, qui prennent la défense de Lyonna pour lui faire épouser un mari de leur choix et à leur dévotion. C’est dans ce contexte qu’intervient d’Artagnan. Celui-ci traverse alors un passage à vide. Il s’ennuie ferme, n’a plus ses amis d’autrefois, végète dans ses fonctions de mousquetaire. Mais une diseuse de bonne aventure, Maguelon, lui prédit qu’il va connaître une nouvelle vie, et que c’est l’amour des femmes qui le guidera désormais. Aramis demande à d’Artagnan de prendre Lyonna sous sa protection. Les deux jeunes gens tombent immédiatement amoureux, tout en réalisant que cet amour ne pourra déboucher sur rien, tant leurs positions sociales sont éloignées. Pendant l’essentiel du roman, d’Artagnan évolue dons au milieu des intrigues compliquées de la cour de Louis XIII, de Richelieu et des jésuites, en s’efforçant de protéger sa belle. Mais conformément à la prédiction de la bohémienne, son chemin croise celui de nombreuses autres femmes, dont il profite joyeusement. Il y a par exemple la délicieuse Muguette Dulaurier, que d’Artagnan sauve d’une agression nocturne, et qui tombe folle amoureuse de lui. Epouse d’un horrible boutiquier, marchand de gants, Muguette est la «reproduction» fidèle de Constance Bonacieux, au point que d’Artagnan lui-même fait le parallèle. Il y a Esméralda, une bohémienne au tempérament de feu, qui se laisse dompter par le beau mousquetaire. Il y a aussi Marion Delorme, active dans les conspirations contre Richelieu et qui, dans un voyage en tête-à-tête dans son carrosse, «arrache son corsage» et serre d’Artagnan contre elle, si bien que «le voyage passa comme un rêve». Il y a aussi des soubrettes et autres femmes de rencontre, sans que le total monte à cent, tout de même… On croit pourtant, vers la fin du roman, que d’Artagnan va faire un pas-de-géant vers le chiffre magique. Dans une scène assez surréaliste, le mousquetaire pénètre dans le couvent de Béthune, là même où est enterrée Constance Bonacieux, où cinquante religieuses sont encerclées par l’armée espagnole. Les saintes femmes tombent toutes immédiatement amoureuses de lui et se transforment en guerrières pour assurer, sous ses ordres, la défense des lieux. Mais il n’est tout de même pas suggéré que d’Artagnan accorde ses faveurs à l’ensemble du couvent! A la fin du roman, Aramis – soulignons que ni Athos ni Porthos n’apparaissent dans le livre, mais que Cyrano de Bergerac intervient à plusieurs reprises comme compagnon de d’Artagnan – «récupère» l’héritière et la marie à son gré, non sans que celle-ci ne se soit donnée d’abord à d’Artagnan. Cinq-Mars est exécuté, Richelieu meurt, d’Artagnan est prêt pour de nouvelles aventures.   Tout comme Les cent duels de d’Artagnan, ce roman souffre d’une intrigue compliquée et d’une écriture confuse. Les complots autour de Richelieu ont été lus trente-six fois ailleurs et n’innovent en rien. La seule originalité du livre, qui le rend – un peu – amusant tient bien sûr à la place accordée aux femmes. De la servante de cabaret à la mère supérieure de couvent, de la bohémienne à la richissime héritière, toutes sont prises de passion à la seule vue de d’Artagnan. Et celui-ci a beau professer un amour absolu pour Lyonna, il se dépense sans compter pour ne pas décevoir ses admiratrices. Moyennant quoi, ayant trouvé la rédemption par l’amour, d’Artagnan termine le roman beaucoup moins déprimé qu’il ne l’avait commencé!  
14
Roger de Mervelec  La Meunière d'Arras
Roger de Mervelec La Meunière d'Arras
Roger de Mervelec  La Meunière d'Arras Lyon, Horvath, 1994, 248 p. L’été 1640. Une guerre atroce qui va durer trente ans ravage les Flandres. En août, les Français enlèvent Arras. Louis XIII nomme gouverneur de la ville un capitaine hors normes, François de Saint Preuil, géant charentais chéri de la victoire autant que des dames. Louise Guillain a dix-neuf printemps et la beauté du diable. Son mari, établi meunier sur la Scarpe, l’a payée vingt-cinq louis d’or à son père impécunieux. Louise, qui n’a jamais approuvé ce vilain marché, attend le prince charmant qui saura l’en délivrer... Celui-ci se présente sous la forme altière de Saint Preuil, curieux de visiter ce moulin de bonne mine placé sur son chemin. Louise saisit l’occasion qui lui est offerte et conduit habilement son affaire. Égaré par sa passion, le bouillant gouverneur enlève la femme du meunier, jaloux comme un mari et plus rancunier qu’une mule ! Le destin tolère rarement qu’on le contrarie, surtout quand il va à cloche pied. Bientôt, les batailles gagnées par Saint Preuil compteront pour rien aux yeux du Roi ; dans l’ombre les scribes instruisent son procès. Peuplée de personnages étonnants, traversée par d’Artagnan, Madeleine de Scudery, Richelieu et... la Vierge Marie, cette histoire contée tambour battant est celle d’un homme pleinement à l’unisson de son époque, matin d’un « Grand siècle » où l’amour et la guerre suffisent au bonheur d’un gentilhomme.
15
П.Махалин Крестник Арамиса
П.Махалин Крестник Арамиса
П.Махалин  Крестник Арамиса (Le Filleul d'Aramis, 1896) Продолжение романа А.Дюма "Виконт де Бражелон, или Десять лет спустя" Москва, Ладомир, 1997, 254 с., тир. 4000 Барон Эспландиан де Жюссак, бывший бригадир гвардейцев кардинала, ведёт тихий затворнический образ жизни в своём поместье. У него имеется сын, единственная радость и гордость, скрашивающий остатки дней бренного существования старого барона. Молодой баронет, Элион де Жюссак, страстно влюблён в Вивиану де Шато-Лансон, и, дабы заполучить руку и сердце мадемуазель и благосклонность её родителя, решает избрать себе военное поприще. В это время, волею случая, получается так, что недалеко от поместья переворачивается почтовая карета. Одним из пассажиров оказался шевалье д’Эрбле. Старый барон и шевалье узнают друг друга, предаются воспоминаниям о д’Артаньяне, Портосе, Атосе, вспоминают дела давно минувших дней. Шевалье д’Эрбле узнаёт о желании молодого баронета отличиться на службе королю и, будучи чрезвычайным послом его католического величества при дворе Версаля предлагает старому барону покровительство его сыну… Такова завязка данного романа. Далее последует череда приключений: дуэль с человеком, от которого во многом зависела судьба Элиона де Жюссака; таинственный союз пяти, всячески пытающийся навредить Франции и её королю; на авансцене появляется дочь знаменитой отравительницы де Бренвилье, Арманда де Сент-Круа; в попытке сохранить честь особы королевского дома, по воле короля, возлюбленная молодого барона де Шато-Лансон, вынуждена выйти замуж за нелюбимого человека и ещё множество иных действий, которые прямым или косвенным образом влияют на развитие сюжета.
16
Roger Nimier  D'Artagnan Amoureux
Roger Nimier D'Artagnan Amoureux
Roger Nimier  D'Artagnan Amoureux ou cinq ans avant Paris, Gallimard, 1962, 288 p. Premier edition Ce roman est la deuxième exploitation par Roger Nimier du personnage de d'Artagnan, après l'étonnante nouvelle Frédéric, d'Artagnan et la petite chinoise. D'Artagnan amoureux ou cinq ans avant se passe cinq ans avant Vingt ans après, à la fin du "règne" de Richelieu. D'Artagnan est chargé par ce dernier d'une mission de confiance: rapporter de Rome à Paris le traité secret de paix universelle, signé par tous les souverains d'Europe, qui éliminera la guerre pendant 300 ans. (Il échouera, comme on a pu le constater ces derniers siècles). L'intrigue, en fait, n'est qu'un vague prétexte qui permet à Nimier de faire évoluer d'Artagnan dans un monde haut en couleurs, plein de célébrités de l'époque: le cardinal de Retz, le jeune Pascal, Bussy-Rabutin, ainsi qu'un certain Pélisson de Pélissart, maréchal et inventeur d'une machine volante qui ne vole pas... Surtout, d'Artagnan rencontre plusieurs femmes, jeunes et belles, qui l'amènent à livrer des combats pour lesquels il est beaucoup moins bien préparé qu'à ses duels habituels. L'une d'entre elles fait des ravages dans le coeur du mousquetaire solitaire: la jeune Marie de Rabutin-Chantal, cousine de Bussy-Rabutin et future madame de Sévigné. Celle-ci ne répondant pas à ses feux, d'Artagnan cède au désespoir et entreprend de mourir à la bataille de Rocroy. Et il faudra l'intervention des trois autres mousquetaires, que l'on n'avait pas vus jusqu'aux dernières pages du livre, pour sauver d'Artagnan de lui-même. Plein d'humour, le livre est avant tout un exercice de style - parfois un peu trop, Nimier cédant souvent au goût de la formule - brillante et paradoxale - pour la formule. Il n'en s'agit pas moins d'un très bel hommage qui met en avant un côté sentimental que l'on ne soupçonnait guère chez le plus vaillant des mousquetaires!
23
Последний платеж
Последний платеж
Последний платеж Библиотека остросюжетного романа На обложке указан автор: Александр Дюма Робин Гуд - принц отверженных Последний платеж Саратов, МП "Кварк", 1992, 400 с., тир. 100000 Одной из мистификаций стал роман «Последний платёж», сочинённый как продолжение «Графа Монте-Кристо». Его герой Эдмон Дантес после посещения Москвы становится преследователем-мстителем убийцы великого русского поэта А. С. Пушкина Жоржа-Шарля Дантеса, которого считает своим родственником. Роман был напечатан впервые в России в 1990 г. Сюжет. В Москву весной 1838 года приезжает Эдмон Дантес с Гайде, которая уже стала его женой и родила ему сына и дочь. В одном из ресторанов один из студентов, узнав фамилию графа, даёт ему пощёчину. Вскоре граф Монте-Кристо узнаёт, что его перепутали с Жоржем Дантесом. Графу не понравилось, что его фамилия впутана в скандал, и он решает отомстить убийце Пушкина. Сейчас уже доказано, что роман «Последний платёж» — очень поздняя мистификация, созданная в СССР. Остроумная по замыслу и эффектному сюжетному ходу, она никак не может принадлежать перу Александра Дюма-отца, поскольку написана в совершенно иной стилистической манере и изобилует явными анахронизмами. Доказательства приведены в статье Александра Обризана и Андрея Кроткова «Весёлые призраки литературы»[8]. Скорее всего, мотив этой литературной мистификации основан на случайном совпадении двух событий: убийца Пушкина Жорж-Шарль Дантес и писатель Александр Дюма-сын скончались почти одновременно — в ноябре 1895 года. Связи между этими событиями нет никакой, но они вполне могли послужить толчком к замыслу мнимого продолжения «Графа Монте-Кристо».
29
Paul Feval-fils, M.Lassez    D'Artagnan Contre Cyrano de Bergerac (Le Chevalier Mystere)
Paul Feval-fils, M.Lassez D'Artagnan Contre Cyrano de Bergerac (Le Chevalier Mystere)
Paul Feval-fils, M.Lassez   D'Artagnan Contre Cyrano de Bergerac (Le Chevalier Mystere) Paris, chez Baudiniere, 1935, 256 p. Aventures de cape et d'épée plagiant outrageusement Les trois mousquetaires. Le héros, "chevalier Mystère", d'origine inconnue (en fait le fils caché d'Anne d'Autriche et de Buckingham, comme on le devine aussitôt) se lie d'amitié avec Cyrano de Bergerac et intrigue avec Anne d'Autriche et la Duchesse de Chevreuse contre Richelieu, que sert d'Artagnan, et surtout contre Mazarin, beaucoup plus présent que Richelieu, qui cherche à faire du chevalier Mystère une arme pour tenir Anne d'Autriche à sa merci. Complexe, l'intrigue s'étire sur un bon millier de pages. Le chevalier Mystère, qui ignore qui est sa mère, est victime des machinations de Mazarin. Il se retrouve embastillé. Cyrano se fait emprisonner pour l'en sortir. Le chevalier part alors en Angleterre où il finira par récupérer l'héritage que lui a laissé son père, Buckingham, non sans affronter d'abord des ennemis cachés qui veulent s'emparer de ces richesses. Tout au long du récit, on assiste aux relations difficiles entre d'Artagnan et Cyrano. Des relations hostiles, à première vue, puisqu'ils ne sont pas dans le même camp. Cyrano est un ami indéfectible de Mystère et un ennemi de Richelieu; d'Artagnan, soldat, sert ce dernier. Mais les choses sont en fait plus complexes. D'Artagnan est toujours dévoué, en secret, à Anne d'Autriche, et tente de concilier cette fidélité et son devoir de soldat. Si bien que les deux héros se retrouvent finalement aux côtés du chevalier. Cyrano et d'Artagnan, par ailleurs, s'admirent, le premier jalousant quelque peu le second. Au bout du compte, ils finiront, bien sûr, par devenir les meilleurs amis du monde. Aramis fait une apparition dans le courant de l'histoire, en tant qu'aumônier militaire. Convenablement écrit, le récit est touffu, parfois obscur, et repose sur de monstrueuses coïncidences et invraisemblances. Il se poursuit avec les trois volumes de D'Artagnan et Cyrano réconcilés.
35
Антон Марков   Возвращение мушкетеров
Антон Марков Возвращение мушкетеров
Антон Марков   Возвращение мушкетеров, или Сокровища кардинала Москва, Вагриус, 2008, 248 с., тир. 20000 Перстень бессмертия… Он стал вольной или невольной причиной гибели Атоса, Портоса, Арамиса и д'Артаньяна. Отважные мушкетеры оказались там, откуда нет возврата… Но в этом мире их дети отправляются в опасное и тайное путешествие за сокровищами кардинала Мазарини, чтобы честь королевы Анны Австрийской, как и в прошлые годы, была спасена. Их отцам остается только наблюдать, как наследники их духа, прорываясь сквозь многочисленные преграды, стремятся к цели… Дети благородной четверки, гвардейцы всесильного банкира Кольбера, иезуиты, возглавляемые отцом д'Олива - все участвуют в бешеной погоне за сокровищами кардинала, упрятанными где-то в Англии, и не ведают того, что за всем этим скрывается перстень бессмертия, утерянный Мазарини. А тем временем души мушкетеров, обретшие покой в Вечности, порой улыбаясь, а порой и скорбя, следят за смертельной схваткой. Но они все-таки не могут оставаться безучастными, видя, что их дети находятся в полушаге от гибели и от встречи с ними. Они не знают, чем закончится эта схватка, но принимают вызов. К книге прилагается диск с кадрами из фильма.
36
Sarah D'Almeida   Death of a Musketeer
Sarah D'Almeida Death of a Musketeer
Sarah D'Almeida   Death of a Musketeer New York, Berkley Prime Crime, 2006, 278 p. Ce roman est le premier de la série que l’auteur de romans policiers Sarah Hoyt a prévu de publier sous le titre générique A Musketeers Mystery, et sous le nom de Sarah D’Almeida. L’idée consiste donc à faire revivre les héros de Dumas en les confrontant à des énigmes policières. Pour ce coup d’envoi, l’auteur part du début, c’est à dire de la première rencontre des quatre héros. Elle raconte de nouveau le triple duel de d’Artagnan contre Athos, Porthos et Aramis, puis l’affrontement contre les gardes du cardinal. C’est dans la nuit de fête suivant leur victoire que les quatre hommes aperçoivent un jeune mousquetaire inconnu qui s’enfuit. Partis à sa poursuite, ils finissent par le retrouver – assassiné. Et ils découvrent alors qu’il s’agit en fait d’une jeune femme déguisée en mousquetaire – et qui est de plus l’exact portrait de la reine… Flairant une affaire d’Etat, les quatre hommes décident de mener leur propre enquête. Celle-ci les mène dans le couvent où a été élevée la jeune femme assassinée, puis à enquêter sur ses origines. Ils découvrent facilement que sa ressemblance avec la reine a été utilisée par Richelieu pour monter une intrigue. Objectif: faire croire à Buckingham qu’il a obtenu des faveurs de la reine et amener le Premier ministre britannique à compromettre la souveraine française. Pendant leur enquête, les trois mousquetaires et leur nouvel ami se heurtent à de nouveaux cadavres, à la disparition du corps de la première victime… Il apparaît aussi que cette dernière est liée à la famille d’Athos. Ils découvrent finalement qui est à l’origine des crimes et font échouer le complot de Richelieu. L’intrigue policière de Death of a musketeer n’est pas des plus réussies. On devine bien avant la fin l’identité du coupable. De plus, l’intrigue de Richelieu est directement démarquée de l’affaire des ferrets dans Les trois mousquetaires, ce qui est une facilité peu excusable. En revanche, le roman est assez intéressant par son traitement des personnages. L’action se situant dans les tout premiers jours de la rencontre de d’Artagnan et des trois mousquetaires, on les voit faire progressivement connaissance. D’Artagnan découvre petit à petit la personnalité de ses trois – futurs – amis. Ces derniers, tout en acceptant rapidement le jeune Gascon, ne peuvent s’empêcher de s’interroger à son sujet. Aramis, en particulier, conserve un moment un vrai doute: ce jeune homme sorti de nulle part en pleine affaire d’Etat ne serait-il pas un espion du cardinal? Les mousquetaires sont campés avec une certaine originalité. Porthos est décrit comme un homme d’une intelligence certaine – même si ce n’est certes pas un intellectuel – qui choisit délibérément d’affecter un air benêt. Athos est dépeint comme une être tourmenté, en proie à des passions qui le minent. On le voit notamment dans ce roman connaître le deuxième amour de sa vie (après Milady)! Le deuxième et sans doute le dernier, vu que celui-ci se termine aussi mal que le premier… Parmi d’autres curiosités, on peut relever que Planchet était à l’origine un employé du mari de la «procureuse» de Porthos, et qu’il détient un don exceptionnel pour le décryptage (peu convaincant…). Le roman vaut donc davantage pour sa peinture des héros que pour son intrigue. Une constatation qui se confirme avec les volumes suivants de la série, The musketeer’s seamstress, The musketeer's apprentice, A death in Gascony et Dying by the sword. L'auteur a également écrit une histoire de vampires tournant autour des mousquetaires, Sword and blood.
37
Sarah d'Almeida   The Musketeer' Seamstress
Sarah d'Almeida The Musketeer' Seamstress
Sarah d'Almeida   The Musketeer' Seamstress New York, Berkley Prime Crime, 2007, 332 p. Ce roman est le deuxième de la série d’histoires policières imaginées par l’écrivain Sarah Hoyt. Il fait suite à Death of a musketeer et précède The musketeer’s apprentice, A death in Gascony et Dying by the sword. Le principe de base consiste à imaginer des polars dont les quatre héros de Dumas sont les personnages principaux. Celui-ci se situe quelques semaines après le premier volume, et donc très peu de temps après la rencontre de d’Artagnan et des trois mousquetaires. L’histoire commence par un meurtre des plus mystérieux: l’assassinat de  la maîtresse d’Aramis, la duchesse de Dreux, dans une chambre fermée de l’intérieur et inaccessible. Détail gênant pour le mousquetaire: à l’instant du meurtre, il était dans le cabinet de toilette attenant, et il apparaît donc comme le seul coupable possible. Pour éviter l’arrestation, Aramis s’enfuie en province, dans les terres familiales. Pendant ce temps, ses trois amis, demeurés à Paris, et qui sont les seuls à ne pas le croire coupable, enquêtent sur ce meurtre incompréhensible. Athos et d’Artagnan veulent élucider le mystère en identifiant la personne qui pourrait vouloir la mort de la duchesse – ou la perte d’Aramis, compromis par ce meurtre. Cela amène Athos à se rendre chez le mari de la victime, le duc de Dreux, son meilleur ami d’enfance. Les deux hommes cherchent également dans la direction de Richelieu, toujours suspect de vouloir perdre les mousquetaires. Porthos choisit une voie différente: constatant l’impossibilité apparente du meurtre, il se concentre sur la résolution du «comment», estimant que quand on saura comment le crime a été commis, on saura forcément qui en est l’auteur. Cette approche l’amène à enquêter aussi bien auprès des domestiques du palais royal, susceptibles de savoir bien des choses et de connaître les passages dérobés du bâtiment, que des acrobates qui se produisent dans les rues de Paris. C’est la méthode Porthos qui permettra finalement l’identification du coupable. Aramis, pendant ce temps, se trouve amené à plonger dans son histoire familiale et à faire des découvertes bien inattendues sur le passé de sa dévote mère… A l’issue de ces enquêtes respectives, l’auteur du crime sera discrètement identifié et mis à l’écart, tandis qu’Aramis saura contraindre Richelieu à l’innocenter.  Ce volume présente les mêmes qualités et défauts que le précédent. Au chapitre des défauts figure la faiblesse de l’intrigue policière. Dans la longue série des mystères de meurtres dans une chambre close, The muketeer’s seamstress ne laissera pas une trace inoubliable… Au chapitre des qualités, en revanche, figure la façon dont l’auteur s’emploie à mettre en scène les mousquetaires, à les faire vivre, à enrichir leur passé. L’évocation de la jeunesse d’Athos, par exemple, est intéressante. Mais c’est Aramis qui, de ce point de vue, tient la vedette. Le portrait de sa mère – pieuse, rigide, autoritaire – du château familial, de l’entourage, est très réussi, et ce d’autant plus qu’il donne des clés pour la compréhension du personnage et sa double vocation militaire et ecclésiastique. On notera également que, dans la lignée du premier roman, l’auteur poursuit sa réhabilitation des facultés intellectuelles de Porthos: si celui-ci n’a pas une intelligence abstraite, il a une approche terre-à-terre des choses qui lui permet de réussir là où ses amis plus brillants échouent… Ecrit de façon vivante et amusante, le roman est d’une lecture très agréable. L'auteur a également écrit une histoire de vampires tournant autour des mousquetaires, Sword and blood.
38
Sarah d'Almeida   The Musketeer's Apprentice
Sarah d'Almeida The Musketeer's Apprentice
Après Death of a musketeer et The musketeer’s seamstress , Sarah D’Almeida poursuit sa série de polars mettant en scène les quatre mousquetaires. Les deux premiers volumes donnaient la vedette respectivement à Athos et Aramis: celui-ci est cl airement centré sur Porthos.   Au début du livre, on apprend que Porthos initie à l’art de l’escrime un jeune garçon d’une douzaine d’années, Guillaume Jaucourt. Sorti de nulle part, celui-ci a débarqué chez Porthos en le menaçant de révéler à tout le monde la véritable identité du mousquetaire. En échange de son silence, il voulait donc des leçons d’escrime… Cette terrible menace n’a guère ému Porthos, qui ne considère pas son anonymat comme un secret d’Etat, mais, touché par l’ardeur du garçon, il a accepté de lui donner des cours.   Or, voilà que Guillaume est en retard pour sa leçon du jour et que Porthos, parti à sa recherche, le retrouve dans la rue, assassiné, empoisonné. Détail surprenant: l’enfant a dans sa poche la généalogie complète de Porthos (pas aussi prestigieuse que le mousquetaire voudrait le faire croire, d’ailleurs…).   Dès lors, les mousquetaires s’attaquent à ce mystère. Ils trouvent l’endroit où vivait Guillaume: une auberge où il était domestique avec sa petite sœur.   Leur enquête les mène aussi chez un noble qui a fait travailler Guillaume un moment. Ils découvrent que la mère de l’enfant, qui fut servante dans la même auberge avant de mourir, était originaire du village de Porthos: il apparaît en fait que cette dernière, Amélie, n’était autre qu’une fille du village dont Porthos, jeune homme, était épris. Et Guillaume est tout simplement le fils naturel de Porthos!   Reste que tout cela n’explique pas l’assassinat de l’enfant. Les mousquetaires lancent leur enquête de façon totalement désordonnée, en essayant de deviner qui pouvait avoir intérêt à un tel meurtre, plutôt qu’en s’appuyant sur les faits.   Considérant que le motif le plus plausible est le désir de compromettre Porthos (en faisant croire qu’il aurait tué Guillaume pour l’empêcher de révéler son arbre généalogique moins prestigieux qu’il voudrait), ils envisagent différents coupables: Richelieu, comme toujours, M. Coquenard, le mari trompé de l’amie de Porthos, qui serait jaloux, un cousin de Porthos qui convoiterait son héritage, etc…   Autant de suppositions sans aucun fondement tangible, qui ne plaident guère en faveur des capacités de déduction des mousquetaires. L’explication finale n’a rien à voir avec tout cela et se révèle, comme dans les volumes précédents, plutôt décevante.       Tout comme les premiers volumes de la série, The musketeer’s apprentice est un roman policier médiocre. En revanche, l’auteur prend un plaisir manifeste, et communicatif, à explorer l’univers des mousquetaires. Là, nous apprenons beaucoup de choses sur Porthos, sa jeunesse, sa famille. Les scènes montrant le mousquetaire retournant dans son village quitté depuis de longues années, retrouvant le château familial croulant où vit son père qui l’a renié, et renouant avec ses amis d’enfance, sont très réussies.   Dans ce volume, Porthos se révèle un grand sentimental. Il ne se pardonne pas d’avoir abandonné Amélie sans savoir qu’elle attendait un enfant de lui et a le plus grand mal à se remettre de la mort de son fils Guillaume, auquel il s’était beaucoup attaché sans même connaître son identité.   La série conserve donc tout son charme, en dépit de la faiblesse des intrigues. Les volumes suivants s'intitulent A death in Gascony et Dying by the sword . L'auteur a également écrit une histoire de vampires tournant autour des mousquetaires, Sword and blood .  
39
Sarah d'Almeida   A Death in Gascony
Sarah d'Almeida A Death in Gascony
Sarah d'Almeida   A Death in Gascony New York, Berkley Prime Crime, 2008, 314 p. olume après volume, Sarah D’Almeida poursuit son exploration de l’univers des mousquetaires avec ce quatrième tome de la série «A musketeers mystery». Après Death of a musketeer centré sur Athos, The musketeer’s seamstress centré sur Aramis et The musketeer’s apprentice centré sur Porthos, il n’est guère étonnant que A death in Gascony mette d’Artagnan au premier plan. L’histoire commence quand ce dernier, à Paris depuis six mois seulement, reçoit une lettre de sa mère, Marie, qui lui annonce la mort de son père, tué en duel, et lui demande de revenir en Gascogne. Le jeune cadet aux gardes se met aussitôt en route, accompagné de ses trois amis mousquetaires. Mais pendant le voyage, il est victime de plusieurs tentatives d’assassinat, ce qui amène les quatre hommes à penser que la mort du père de d’Artagnan cache peut-être quelque mystère. De fait, en arrivant sur place ils apprennent que le duel en question n’en était pas vraiment un: M. d’Artagnan s’était en fait jeté l’épée au poing sur son meilleur ami qui, en se défendant, n’avait pu éviter de le tuer. En outre, d’autres morts étaient survenues dans l’entourage de la famille d’Artagnan. Et le prêtre de la paroisse, auprès de qui les mousquetaires cherchaient des renseignements, est lui aussi assassiné. Les quatre hommes se mettent à enquêter chacun de son côté sur des aspects qui les intéressent plus particulièrement. D’Artagnan fait la tournée des proches: parents, voisins… Athos s’intéresse à l’arrivée récente chez M. d’Artagnan d’une série de très beaux chevaux dont on ne sait d’où ils viennent et qu’il n’avait pas les moyens d’acheter. Porthos s’interroge sur les circonstances exactes du fameux «duel» fatal. Aramis se renseigne sur l’histoire compliquée des allégeances religieuses fluctuantes des familles nobles des environs, dans un passé récent marqué par les guerres de religion. Petit à petit, bien des informations troublantes émergent. D’Artagnan se rend compte qu’il ignore presque tout des origines de sa mère, et que celle-ci cache peut-être un secret. Les relations entre la famille du futur mousquetaire et ses cousins, proches voisins, se révèlent complexes, ainsi d’ailleurs que celles avec la famille de très grands seigneurs des environs, les Comminges, dont le père de famille est d’ailleurs mort juste avant celui de d’Artagnan. Pour ne rien simplifier il apparaît que M. d’Artagnan travaillait pour Richelieu (on se souvient qu’au début des Trois mousquetaires, il avait recommandé à son fils de respecter tout autant le roi et le cardinal). Au bout du compte, les enquêtes des quatre amis se complètent plus ou moins. Le responsable des meurtres est démasqué et d’Artagnan découvre à cette occasion des pans insoupçonnés de son histoire familiale, susceptibles de remettre en cause son identité même…   Exactement comme pour les trois premiers volumes de la série, l’intrigue policière est plutôt faiblarde. L’explication des véritables conditions de la mort de M. d’Artagnan, en particulier, ne tient guère la route. En revanche, l’évocation de l’entourage de d’Artagnan, les intrigues de province, les relations entre les familles nobles de la région sont bien rendues. Notons que le domaine des d’Artagnan vu par Sarah D’Almeida est nettement moins misérable que l’image qu’en donne Dumas (voir extrait ci-dessous).  L’auteur poursuit donc ainsi avec bonheur son exploration de l’univers intime des mousquetaires avec certaines inflexions par rapport à son modèle. Porthos, pour lequel elle a manifestement un faible, est toujours présenté comme ayant sa propre forme d’intelligence: moins habile que les autres avec les mots, il n’en est pas moins souvent plus clairvoyant. Quant à Aramis, vu par Sarah D’Almeida, il prend très au sérieux sa vocation ecclésiastique et son intérêt pour la religion est parfois envahissant. La série se poursuit avec Dying by the sword. L'auteur a également écrit une histoire de vampires tournant autour des mousquetaires, Sword and blood.
40
Sarah d'Almeida   Dying by the Sword
Sarah d'Almeida Dying by the Sword
Sarah d'Almeida   Dying by the Sword New York, Berkley Prime Crime, 2008, 314 p.  Ce cinquième volume de la série A musketeers mystery - après Death of a musketeer, The musketeer’s seamstress, The musketeer’s apprentice et A death in Gascony, commence par l’arrestation pour meurtre de Mousqueton, le valet de Porthos. Le garçon a été retrouvé inconscient auprès du cadavre de l’armurier du mousquetaire et est considéré comme l’assassin. Les quatre mousquetaires se mobilisent aussitôt pour élucider le mystère afin d’innocenter le malheureux. Comme dans les romans précédents, chacun procède à sa façon. Porthos effectue un examen minutieux des lieux du drame, Aramis se renseigne à la cour, etc… Comme à chaque fois, l’enquête se trouve mêlée à des complots réels ou imaginaires touchant au roi, à la reine et à Richelieu. Le principal problème de la série est d’ailleurs celui-là: Sarah D’Almeida se répète beaucoup. Les intrigues, les comportements des personnages se ressemblent d’un volume à l’autre. Et au sein d’un même livre, les répétitions abondent: on ne saurait dire combien de fois elle répète dans ce volume – comme dans les précédents – que Porthos a du mal à s’exprimer mais qu’il a sa propre forme d’intelligence. Un élément différencie un peu toutefois Dying by the sword de ses prédécesseurs: le fait que l’auteur se «rapproche» un peu plus du roman de Dumas, en jouant avec des thèmes ou des scènes des Trois mousquetaires. Cela donne une très belle scène: la première rencontre entre Athos et la duchesse de Chevreuse, alors maîtresse d’Aramis et future mère du vicomte de Bragelonne (voir extrait ci-dessous). Et une très étonnante réécriture de la nuit d’amour entre Milady et d’Artagnan. Contrairement à ce qui se passe chez Dumas, d’Artagnan ne s’introduit pas par tromperie dans le lit de Milady. C’est au contraire celle-ci qui le séduit et le drogue. Sarah D’Almeida s’en explique dans une ahurissante note de bas de page: selon elle, il est totalement invraisemblable qu’un jeune homme aussi romantique que d’Artagnan ait pu être infidèle à Constance! D’où cette démarche consistant à «corriger» Les trois mousquetaires. Comme les précédents, le livre est d’une lecture agréable. Mais la série court un risque sérieux de s’enfoncer dans les redites. L'auteur a par ailleurs écrit une histoire de vampires tournant autour des mousquetaires, Sword and blood.
41
Jean-Luc Dejean   Le Cousin de Porthos
Jean-Luc Dejean Le Cousin de Porthos
Jean-Luc Dejean   Le Cousin de Porthos Editions J.-C.Lattes, 1981, 378 p. Voilà un intéressant exemple de "suite" moderne. Pour écrire cette histoire de cape et d'épées totalement dans l'esprit des Trois Mousquetaires, sans tomber ni dans la parodie ni dans l'hommage sophistiqué au deuxième degré, l'auteur a utilisé plusieurs procédés. Les mousquetaires de Dumas apparaissent, certes (ou du moins trois d'entre eux, d'Artagnan, Porthos et Aramis), mais de façon assez limitée. Plusieurs autres personnages de Dumas jouent en revanche un rôle important: les gardes du Cardinal, Planchet, etc... Enfin, Déjean procède à une création originale, avec le fameux cousin. L'histoire commence en 1629 quand Richelieu demande à d'Artagnan de se charger avec ses trois amis d'une mission ultra-secrète: porter un message au duc de Rohan, chef des protestants des Cévennes, en pleine rébellion contre les catholiques. D'Artagnan refuse, car il est désormais seul, les quatre mousquetaires s'étant séparés. Mais il suggère à Richelieu de faire appel à ses quatre meilleurs gardes, anciens ennemis des mousquetaires avec qui ils se sont depuis réconciliés: Jussac, Cahusac, Biscarat, du Fesq. Les quatre hommes partent donc pour cette mission des plus périlleuses. Il leur faut traverser la France, pourchassés par des catholiques fanatiques qui veulent empêcher toute négociation avec les protestants, tandis que ces derniers considèrent tout émissaire de Richelieu comme un envoyé du diable... Heureusement, ils sont aidés par la débrouillardise de Planchet, qui donne ici toute sa mesure, et surtout par le cousin de Porthos, Honoré du Vallon. Ce cousin a en commun avec Porthos la carrure, la force physique et un profond sens de l'amitié. A l'inverse du mousquetaire, en revanche, il est fin et cultivé, ce qui ne l'empêche pas de conserver une bonté naïve. Protestant fervent, il est aussi tolérant et consacrera tous ses efforts à favoriser l'ambassade de paix des gardes de Richelieu. Pleine de rebondissements et d'intéressants personnages secondaires, l'intrigue se lit avec plaisir, jusqu'à son dénouement où Aramis fait une apparition remarquée en compagnie d'un jeune homme plein d'avenir, un certain Mazarin. Bien mené et bien écrit, le roman constitue une suite honorable, même si elle manque un peu de surprise. La principale trouvaille du livre demeure incontestablement la personne même de du Vallon, astucieuse "variation" sur le personnage de Porthos.
42
Paul Feval-fils, M.Lassez   D'Artagnan contre Cyrano de Bergerac (L'Heritage de Buckingham)
Paul Feval-fils, M.Lassez D'Artagnan contre Cyrano de Bergerac (L'Heritage de Buckingham)
Paul Feval-fils, M.Lassez   D'Artagnan contre Cyrano de Bergerac Livre quatrième:  L'Heritage de Buckingham Paris, Baudriere, s.d., 320 p. Aventures de cape et d'épée plagiant outrageusement Les trois mousquetaires. Le héros, "chevalier Mystère", d'origine inconnue (en fait le fils caché d'Anne d'Autriche et de Buckingham, comme on le devine aussitôt) se lie d'amitié avec Cyrano de Bergerac et intrigue avec Anne d'Autriche et la Duchesse de Chevreuse contre Richelieu, que sert d'Artagnan, et surtout contre Mazarin, beaucoup plus présent que Richelieu, qui cherche à faire du chevalier Mystère une arme pour tenir Anne d'Autriche à sa merci. Complexe, l'intrigue s'étire sur un bon millier de pages. Le chevalier Mystère, qui ignore qui est sa mère, est victime des machinations de Mazarin. Il se retrouve embastillé. Cyrano se fait emprisonner pour l'en sortir. Le chevalier part alors en Angleterre où il finira par récupérer l'héritage que lui a laissé son père, Buckingham, non sans affronter d'abord des ennemis cachés qui veulent s'emparer de ces richesses. Tout au long du récit, on assiste aux relations difficiles entre d'Artagnan et Cyrano. Des relations hostiles, à première vue, puisqu'ils ne sont pas dans le même camp. Cyrano est un ami indéfectible de Mystère et un ennemi de Richelieu; d'Artagnan, soldat, sert ce dernier. Mais les choses sont en fait plus complexes. D'Artagnan est toujours dévoué, en secret, à Anne d'Autriche, et tente de concilier cette fidélité et son devoir de soldat. Si bien que les deux héros se retrouvent finalement aux côtés du chevalier. Cyrano et d'Artagnan, par ailleurs, s'admirent, le premier jalousant quelque peu le second. Au bout du compte, ils finiront, bien sûr, par devenir les meilleurs amis du monde. Aramis fait une apparition dans le courant de l'histoire, en tant qu'aumônier militaire. Convenablement écrit, le récit est touffu, parfois obscur, et repose sur de monstrueuses coïncidences et invraisemblances. Il se poursuit avec les trois volumes de D'Artagnan et Cyrano réconcilés.
43
Jean Burnat  C’est du Pont, mon éminence!
Jean Burnat C’est du Pont, mon éminence!
Jean Burnat  C’est du Pont, mon éminence! Mémoires inédits de Nicaise du Pont de la Bouze de Bedousse, le cinquième mousquetaire 238 pages Amiot-Dumont, Paris - 1955 - France Humour - Roman  Ces Mémoires retracent la vie de Nicaise du Pont, gentilhomme béarnais imaginé par Jean Burnat et ayant fait toute sa carrière de soldat aux côtés – ou dans l’ombre – des mousquetaires de Dumas. Jeune homme sans le sou montant à Paris pour y faire fortune, du Pont se trouve rapidement mêlé à toutes sortes de grands événements, au contact des plus hauts personnages de la Cour. Mais, le lecteur s’en rend bien vite compte, le Béarnais est terriblement vantard. A en croire ses Mémoires, il a joué un rôle déterminant – quoique malheureusement passé inaperçu – dans les épisodes les plus importants de son époque. Du Pont s’attribue ainsi sans vergogne une bonne partie des exploits des Mousquetaires, et singulièrement de d’Artagnan. Et cela dès le début: la fameuse bataille entre les mousquetaires et les gardes du cardinal, qui scelle l’amitié des quatre héros de Dumas, c’est lui! C’est lui tout seul qui a tué tous les gardes du cardinal – qui étaient d’ailleurs au nombre de trente! – et qui en a fait «cadeau» à d’Artagnan… Les ferrets de la Reine? C’est lui qui les a retrouvés (d’Artagnan était bien allé les chercher, mais les avait perdus). La prise de La Rochelle? C’est lui, etc… Jusqu’à Constance Bonacieux qui était sa maîtresse – aucune femme n’a jamais résisté à du Pont – alors que d’Artagnan jouait les amoureux transis… En dépit des innombrables exploits qu’il s’attribue, le malheureux Nicaise n’en tire guère profit. Il faut dire que ses gaffes l’empêchent de faire à la Cour la carrière qu’il mériterait. Cela dit, tout ce qu’il raconte n’est pas de la pure affabulation: les relations qu’il a eues avec une Reine, et la preuve bien visible qui en est résultée, lui vaudront d’être emprisonné – sous la garde de d’Artagnan – pour le reste de ses jours sous un masque de fer! «Tournant» sans cesse autour du roman de Dumas en y apportant des éclairages inattendus, le livre de Burnat est fort amusant. Il se caractérise par une langue très travaillée, truffée de mots et d’expressions d’époque, au point de nécessiter huit pages de glossaire à la fin du livre.
47
Paul Mahalin   Le Fils de Porthos
Paul Mahalin Le Fils de Porthos
Paul Mahalin   Le Fils de Porthos L.Boulanger, editeur, 83, rue de Rennes, Paris 1883 (? Premier edition?), 644 p. Ce roman du grand spécialiste des suites de Dumas, Paul Mahalin, raconte les aventures de Joël de Locmaria, né à Belle-Isle des amours de Porthos et de Corentine Lebrenn (quand Porthos vint fortifier Belle-Isle pour le compte de Fouquet). Joël tombe amoureux d'Aurore de la Tremblaye, dont Aramis (= chevalier d'Herblay = duc d'Alaméda, ambassadeur d'Espagne) veut faire la maîtresse de Louis XIV. D'où un affrontement direct entre Joël et Aramis (qui ne sait pas qui est le père de Joël). Aurore devient la protégée de la future Mme de Maintenon, alors suivante de Mme de Montespan. Peu avant la fin, un duel oppose Aramis et Joël. Ce dernier va être tué quand Aramis comprend qu'il est en train de se battre avec le fils de Porthos. Ils se réconcilient, ce qui permet un happy end (voir extrait ci-dessous). L'action se déplace: campagne, Paris, Saint-Germain, siège de Fribourg, Marly... Le récit est très honorable, bien mené par un bon professionnel qui a écrit d'autres suites aux romans de Dumas, dont Le filleul d'Aramis et D'Artagnan. On y trouve des évocations de la Cour et de ses personnages, nourries de citations de Saint-Simon, avec des lettres apocryphes de Mme de Sévigné... Le livre a été publié en anglais, sous le nom d'Alexandre Dumas. Dans l'édition Collins, une préface de Mark White affirme dans ses dernières lignes: "il faut reconnaître que l'origine de ce livre n'est pas prouvée. Mais nous sommes trop heureux de retrouver nos héros préférés pour mettre en cause avec une sévérité excessive l'identité précise de l'auteur". Détail intéressant: la traduction anglaise prend certaines libertés avec l'original français, au point de faire mourir Aramis à l'issue du duel final où celui-ci et Joël se "reconnaissent". Si bien que certaines éditions anglaises de The son of Porthos portent en sous-titre "or the Death of Aramis". Lire le texte du prospectus publicitaire réalisé par l'éditeur L.Boulanger pour le lancement du livre. Le roman de Mahalin a été lui même l'objet d'une adaptation théâtrale effectuée par Emile Blavet.
55
PAUL MAHALIN  LAS
PAUL MAHALIN LAS
Paul MAHALIN   - Emile Blondet dit [ Epinal   1838 - 1899] -   Ecrivain populaire   - Il écrivit un grand nombre de suites de romans d' Alexandre Dumas   :   Le Fils de Porthos ,   Le Filleul d'Aramis ,   Mademoiselle Monte-Cristo   etc. Lettre écrite et signée de sa main, 1 page in-8, 22 juillet   1886 , à un "cher confrère" " Le Fils de Porthos   ne peut pas être joué au   Châtelet   par la raison fort simple que le Châtelet me l'a rendu, avec toute liberté d'action, au mois de février dernier ; que je l'ai présenté à l' Ambigu   et que j'ai tout lieu d'espérer qu'il y passera dans le courant de la prochaine saison. Je l'ai dit à   M. Floury   [ Joseph Antoine Floury, le directeur du Théâtre du Châtelet ], je l'ai répété à son gendre, et   je ne saurais admettre que ces messieurs disposent sans mon consentement de la pièce que j'ai tirée de mon roman . Cette détermination n'a rien qui vous soit personnel. J'aurais été très sincèrement heureux que vous voulussiez bien vous occuper du   Fils de Porthos   à l'époque - déjà lointaine - où nous en parlâmes tous les deux. Mais votre silence absolu à cet endroit pendant près de cinq ans me permettait certainement de croire - et tout le monde sera de mon avis - que vous aviez renoncé à toute idée de collaboration. Dans tous les cas, s'il vous plait que nous échangions des explications nécessaires, j'aurai le plaisir de passer chez vous après demain samedi dans la matinée. Si vous n'étiez pas disponible, prière de m'en informer par un mot. Veuillez, Monsieur et cher confrère, agréer l'assurance de mes meilleurs sentiments "
58