Главная

Les documents du XVII siecle

Документов: [ 212 ]
LOUIS XIV.  Piece signée, 30/10/1632
LOUIS XIV. Piece signée, 30/10/1632
LOUIS XIV. Piece signée, 30/10/1632
 Последние поступления  
7
CONDÉ(Louis de Bourbon, prince de). LAS 23 décembre 1654
CONDÉ(Louis de Bourbon, prince de). LAS 23 décembre 1654
CONDÉ(Louis de Bourbon, prince de). Lettre autographe signée "Louis de Bourbon" au duc de Longueville. Bruxelles, 23 décembre 1654. 1 p. in-4, adresse au dos. « Celuy qui vous randra cette lettre vous entretiendra d’une affaire que je vous ay faict recommender par Fontenay, et comme il est pressé de servir cette persone-la, je vous conjure de faire ce qui est en vostre pouvoir pour retarder le mal qu’on faict qui seroit irremediable si on le laissoit aler plus avant. Je vous despescheray aprés demain quelqu’un pour vous dire quand je vous pouray voir. En ce temps-la nous examinerons ensemble les moiens de tirer mon amy d’affaire, cependent je vous conjure de vous emploier de tout vostre pouvoir pour faire sursoir... » BROUILLÉ AVEC LA RÉGENTE, MAZARIN, LE CARDINAL DE RETZ, ET AVEC LE PARLEMENT, LE PRINCE DE CONDÉ ÉTAIT ALORS AU SERVICE DE PHILIPPE IV D’ESPAGNE. Ce n’est qu’après la paix des Pyrénées (1659) qu’il obtiendrait le pardon du pouvoir royal et pourrait rentrer en France. BEAU-FRÈRE DU PRINCE DE CONDÉ, LE DUC DE LONGUEVILLE, Henri d’Orléans, descendait de Charles V par son ancêtre le comte de Dunois, bâtard du duc Louis d’Orléans. Il se distingua au service des armées du roi mais participa au complot de Chalais contre Richelieu (1626) puis à la Fronde contre Mazarin (1649-1650). Après son incarcération (avec Condé) en 1650, il se retira dans son gouvernement de Normandie et y finit pieusement sa vie
 Последние поступления  
10
LOUIS XIV. Pièce signée (secrétaire) 5 documents, parchemin,  1683   3
LOUIS XIV. Pièce signée (secrétaire) 5 documents, parchemin, 1683 3
 Последние поступления  
14
1668 Concervation de qualité d'écuyer aux GARDES DE LA PORTE DU ROI
1668 Concervation de qualité d'écuyer aux GARDES DE LA PORTE DU ROI
1668 Concervation de qualité d'écuyer aux GARDES DE LA PORTE DU ROI GARDE DE LA PORTE ET GARDE DU CORPS DU ROI Les gardes de la porte formaient une compagnie de la maison militaire du roi de France Sous Louis XIV, l'effectif de la compagnie était de cinquante gardes, de quatre lieutenants et d'un capitaine, dit capitaine des portes. Leurs fonctions étaient de veiller jour et nuit aux portes intérieures du palais du roi. Ils faisent le service par quartier ou trimestre et alternativement avec les gardes du corps, c'est-à-dire qu'ils relevaient ces derniers à six heures du matin et qu'ils en étaient relevés à six heures du soir. Dans l'infanterie, les simples gardes avaient rang de sous-lieutenant, les lieutenants de capitaine et le capitaine de colonel. Ce dernier est quelquefois nommé Capitaine-colonel des gardes de la porte. La compagnie des gardes de la porte ordinaires du roi fut supprimée en 1787 La compagnie est composée seulement de 50 Gardes de la Porte, divisés en quatre quartiers, chacun ne servant que trois mois de l'année  ;  ils étaient  commandée un capitaine commandant et quatre lieutenants //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////  DOCUMENT DE 1668  (suite dossier d'un garde de la porte du Roi ) Document imprimé de 3 pages in 4   de 1668 ARRET du conseil privé d'état du roy  portant concervation de la qualité d'écuyer  aux Gardes de la porte du roi  etc ................
16
D'ARTAGNAN (probablement : Louis (le cadet : 1661-1714) LETTRE MANUSCRITE A FRANCOIS DE MILLON
LETTRE MANUSCRITE A FRANCOIS DE MILLON. 1702. D'ARTAGNAN (probablement : Louis (le cadet : 1661-1714) Edité par D'ARTAGNAN (probablement le fils cadet du célèbre d'Artagnan : Louis (le cadet : 1661-1714) chevalier puis dit plus tard comte d?Artagnan, baron de Sainte Croix, sous-lieutenant de Monseigneur le Dauphin et chevalier de Saint Louis. Il fut maréchal de camp. LETTRE A FRANCOIS DE MILLON ; 15/03/1702 (Anvers; petit doute sur le mois, on pourrait lire plutôt : Mai, mais le sens de la lettre semble la faire remonter à mars); réponse à sa letttre, il lui évoque principalement ses derniers efforts en sa faveur auprès de Chamillart et l'assure que si Sa Majesté suit son avis, il obtiendra satisfaction. Signature Artagnan. Un double feuillet 225X180mm, une page manuscrite. Manque une partie du 2e feuillet (découpé), reste lisible cachet de cire roug Description : Contexte : En 1702 et 1703, Liège et Huy furent successivement défendues contre le Duc de Marlborough par François Sanson de Millon, commandant des forces françaises à la Chartreuse de Liège puis au Château de Huy. Dans les deux sièges, il sut opposer une vaillante résistance et obtenir une capitulation avec les honneurs face à des forces plus puissantes. Dès le début de la guerre de succession d?Espagne, Millon, soldat de métier et ancien brigadier, cherche à reprendre du service pour retrouver son rang, et il effectue des démarches directes ou indirectes auprès du Roi Louis XIV, du maréchal de Boufflers (gouverneur de la Flandre française et chef des armées), du marquis de Puységur (auteur du projet d?occupation simultanée de toutes les places de la barrière), ou encore auprès de Chamillart (ministre de la Guerre) pour obtenir une affectation aux Pays-Bas Espagnols. Il est finalement nommé Commandant de la Chartreuse de Liège en avril et résiste au siège du Duc de Marlborough avant de capituler le 29 octobre. Il est ensuite nommé Commandant des forces françaises à Huy (janvier 1703). Assiégé une nouvelle fois par Marlborough, il capitule avec les honneurs fin août 1703, et en sera récompensé. D'autres documents sont disponibles sur les mêmes évènements historiques (recherche avec MILLON).
27
D'Artagnan L.A.S.
D'Artagnan L.A.S.
ARTAGNAN (Charles de Batz de Castelmore, dit d’) [château de Castelmore, 1615 - Maëstrich, 1673], mousquetaire du roi et homme de guerre français. lettre autographe signée. Handaye, le 25 janvier 1663; 1 page in-4°, taches de mouillures et brunissures. Rare lettre du célèbre d’artagnan après l’arrestation de Nicolas Fouquet et pendant son procès. «Apres vous avoir assure de mes services tres humbles je vous suplie de vouloir que je vous aye lobligation de macorder pour monsieur desmartin la charge daumonier du  corps  de  ville  que  M. Dupuy  exercait  de  son  vivant.  Jespere  Messieurs  que  vous  ne  me  refuserez  pas  cette  faveur  que  je  vous desmende de tout mon coeur vous assurent que je vous en aurais une obligation toute particuliere et que je seray toute ma vie votre tres humble et obeissant serviteur. Artaignan. » C’est au commencement de l’année 1663 que Fouquet, à Vincennes commence à rédiger ses défenses. "Господа! После того как я смиренно услужил Вам, умоляю Вас соблаговолить обязать меня предоставлением господину Демартену должность капеллана войск города, кою занимал при жизни господин Дюпюи. Надеюсь, господа, что Вы не откажете мне в этой милости, о коей я прошу Вас от всего сердца и уверяю, что долг сей особый для меня и что всю жизнь мою я останусь Вашим смиреннейшим и послушнейшим слугою. Д'Артаньян"
44
Charles de Chateauneuf   P.S.
Charles de Chateauneuf P.S.
Capitaine Charles marquis de Chateauneuf P.S. de Mauze le 17.07.1639       Charles de L'Aubespine Charles de L'Aubespine, marquis de Châteauneuf , né le 22 février 1580 à La Celle-Condé et mort le 26 septembre 1653 au château de Leuville , est un homme politique français, connu par ses contemporains sous le nom de « Châteauneuf » ou de « garde des sceaux de Châteauneuf » 1 . Biographie Issu d'une vieille famille berrichonne de conseillers et de secrétaires d'État, il est le petit-fils de Claude de L'Aubespine , baron de Châteauneuf. Il devient abbé de Préaux , puis de Massay et de Noir-lac à Bruère-Allichamps . Il est appelé en 1611 à la direction des finances, avec Pierre Jeannin et Jacques-Auguste de Thou . Il remplit diverses missions en tant qu' ambassadeur de France en Hollande ( 1609 ), à Valteline ( 1626 ) et en Angleterre ( 1629 ). Fait garde des sceaux par Richelieu en 1630 après la journée des Dupes , en remplacement de Michel de Marillac , il préside les commissions extraordinaires de justice qui condamnent à mort le maréchal Louis de Marillac et le duc Henri II de Montmorency . Il est nommé également gouverneur de Touraine. Il est actif et travailleur, et semble le docile instrument du cardinal. Néanmoins, il ne tarde pas à trahir Richelieu pour les beaux yeux de M me de Chevreuse 2  : il lui révèle les projets de Louis XIII sur la forteresse lorraine de Moyenvic , et la duchesse en informe aussitôt Charles IV ( 1633 ). Le cardinal lui ôte alors les sceaux pour les donner à Séguier 3 , et le fait jeter dans une prison du château d' Angoulême où il reste dix ans, tandis que M me de Chevreuse est exilée en Touraine . Libéré à la mort de Louis XIII ( 1643 ), il participe à la cabale des Importants menée par la duchesse de Chevreuse contre Mazarin . Il est de nouveau éloigné en 1645 . Cependant, grâce au crédit de M me de Chevreuse , Anne d'Autriche lui rend les sceaux en mars 1650 , mais les lui retire en avril 1651 et l'exile, à l'occasion du rapprochement provisoire entre Mazarin et la Vieille Fronde 4 . Il réussit cependant à entrer au conseil après la majorité du jeune Louis XIV , mais il s'y trouve sans crédit à cause de ses intrigues passées et préfère se retirer au début de 1652 , peu de temps avant de mourir à Leuville-sur-Orge en 1653 . Il ne parvint pas plus que Chavigny à s'imposer comme principal ministre.        
46
Marie-Madeleine de Vignerot, duchesse d’AIGUILLON  LAS
Marie-Madeleine de Vignerot, duchesse d’AIGUILLON LAS
Marie-Madeleine de Vignerot, duchesse d’AIGUILLON (1604-1675) femme de lettres et salonnière (Corneille lui dédia Le Cid), nièce et héritière de Richelieu, qui acheta pour elle le duché d’Aiguillon, dame d’atours de Marie de Médicis, elle se consacra aux œuvres charitables de Saint Vincent de Paul LAS « La duchesse d’Aiguillon », Paris 13 novembre 1648, à Claude Bouthillier, comte de Chavigny ; 1 page in-4, adresse avec cachets de cire rouge aux armes sur lacs de soie blanche Belle lettre au confident de son oncle le cardinal de Richelieu « J’avois attendu de vous scavoir arrivé au lieu ou vous estes, pour vous asseurer que personne du monde, n’a pris plus de part, que moi, aux chozes qui vous ont touché, et que ji ai esté tres sensible A ceste heure je suis obligée a vous rendre mille graces, de la justice que vous m’avez faicte de n’en avoir point douté, et de ce que vous avez creu que le souvenir de Monseigneur le grand cardinal [Richelieu] augmentoit ma peine dans ceste facheuse rencontre Il est vrai, Monsieur, que cela m’estoit bien dur, de veoir souffrir une personne qu’il avoit si cherement aimée, et dans un lieu qui estoit a lui, si j’avois pu vous y rendre tous les services que j’aurois souhaitté, vous y eussiez donné l’ordre, mais au moins j’ai essaié de faire tout ce qui a esté en ma puissance »… On joint une PS, Paris 5 août 1651, ordre de paiement de 3700 livres pour des ouvrages de menuiserie qu’elle a fait exécuter dans l’église de la Sorbonne (1 page obl in-4, petit manque et répar)
53
Louis XIV  PS a Bezmaux (lettre de cachet)
Louis XIV PS a Bezmaux (lettre de cachet)
[Louis XIV of France.] Autograph Signature ('Louis') to manuscript document to 'Monsr de Bezmaux gouvr. de mon chau de la Bastille', i.e. Bastille Governor François de Monlezun, Sieur de Besmaux, regarding Marquis de Jonzac. Contersigned by Louvois. Author: Louis XIV of France [Louis Dieudonné] (1638-1715), known as 'le Roi Soleil' (the Sun King) and 'Louis le Grand' [Louvois [François Michel Le Tellier, Marquis of Louvois] (1641-1691), War Secretary]  'Escrit a Paris le x6me Avril' 16 April 1662. Paris  2pp, folio. In fair condition, aged and worn, with two closed tears for the seal (not present) and repair to slight damage along one edge, and stub from mount adhering. Folded twice. From the celebrated manuscript collection of Richard Monckton Milnes (Lord Houghton). The document is addressed to the Governor of the Bastille, 'Monsr. de Bezmaux', i.e. François de Monlezun, Sieur de Besmaux (d.1697). The only part in the king's hand is his firm and disciplined signature 'Louis', beneath the ten lines of text. The document is countersigned at the foot by the much larger and more ebullient signature of his new secretary of state for war Louvois. The text is either in Louvois' hand or in that of a secretary. The document is difficult to decipher, being in the French equivalent of chancery hand, but would appear to be a 'lettre de cachet' for Alexis de Saint Maure, Comte de Jonzac (d.1677), directing that he be conveyed to the prison 'souz [sic] bonne et sure gard'. Addressed on reverse 'A Monsr de Bezmaux gouvr. de mon chau de la Bastille [.]'. Also endorsed on reverse, in a later hand.
56
MARCOPHILIE du 17e SIECLE / DOCUMENT HISTORIQUE CHÂTEAU D'ANGERS. Mr de D'ARTAGNAN
MARCOPHILIE du 17e SIECLE / DOCUMENT HISTORIQUE CHÂTEAU D'ANGERS. Mr de D'ARTAGNAN
MARCOPHILIE du 17e SIECLE / DOCUMENT HISTORIQUE CHÂTEAU D'ANGERS. Mr de D'ARTAGNAN / MARQUE de FRANCHISE / REGIMENT en OPERATION POUR LE ROI. Lettre expédiée par le Cadet FABRY des MOUSQUETAIRES NOIRS du ROI LOUIS XIV à son oncle FAVRE, chanoine et vicaire général de Monsieur de NIMES. Correspondance au sujet du choix du Roi de Mr D'ARTAGNAN pour "arrêter le surintendant (FOUQUET) à Nantes d'ou il fut conduit au château "dangers" ou le roy choisit soixante de nos camarades pour sa garde..." s'ensuivent 4 pages de textes difficile à déchiffrer. MARQUE POSTALE MANUSCRITE A LA PLUME "FRANCE POUR PARIS". L'on joint à cette rarissime MARQUE POSTALE (Franchise 17e) et lettre historique bien intéressante quant à l'histoire locale, château d'Angers délabré transformé en prison d'état, et à l'histoire tout court : 1er acte du jeune LOUIS XIV montrant au monde -depuis la cour du château de la Duchesse Anne à NANTES- sa prince d'indépendance. Scène d'entrée dans l'histoire également du vrai Pierre d'ARTAGNAN, né au château d'Armagnac - GERS, tant idéalisé dans les romans d'Alexandre DUMAS. > Article du courrier de l'ouest du 20 juin 1961 commémorant le 300e anniversaire de l'événement et le racontant par le Menu. > Lettre / Facture du 17 MAI 1961 de Jean POTHION, célèbre expert "LA POSTE AUX LETTRES" vendeur de ce pli à l'alors président du club philatélique d'ANGERS.
124
lettre ANGERS Bernard de Boismarais du Breil armée Colbert du Ronceray
lettre ANGERS Bernard de Boismarais du Breil armée Colbert du Ronceray
MORTIER.  LAS à Monsieur  DU BOISMARAIS-BERNARD  (il s’agit probablement de Joseph Bernard de Boismarais, 1640-Angers 1719) au logis de  Mademoiselle du BREIL BERNARD  à  ANGERS.   18 août 1667.  2 pp. in-8. Adresse, cachet de cire rouge. Très jolie petite lettre.  Avec tAvec taxe de la posteaxe de la poste.  ... Je vous mandois au dernier voyage de quelle maniere nous nous etoins entretenu Mr. NOBLET Mr du PLESSIS et moy et qu’il nous asseura qu’il ne perdoit point de temps pour faire expedier mais qu’il falloit attendre nos papierz qu’il avoit   envoyé a l’ARMEE ou est Monseig(neu)r COLBERT   et qu’on ne pouvoit pas etre asseuré du retour veu la difficulté des passages quon on luy donnera de l’argent quand il voudra ; mais il dit qu’il ne tient pas à cela et qu’il sera autant pour nous que pour luy même. Je luy vay porter notre demission en faveur de Mr. MOREAU. Je croy que nous n’ont pas besoin dautre chose. Mr. MOREAU luy doibt donner de sa part ce qu’il faut comme la soumissioné la parte de la charge et le certificat du lieutenant g(é)n(ér)al si elle est necessaire comme il n’a aucuns parents au.. prohibé suivant la declaration du Roy si bien qu’il ne faut plus que sousprimer lexpedition. Je vous proteste autant que je vous honore que jen prendray le soin comme de mon propre. Je vous prie de vous souvenir de la priere que je vous faisois et à Mr. BERNARD et à Mr. DU RONCERAY que je sallue tres humblement ou sujet de mon frere...
171
LAS au celebre "Brave d'Aligny " par Louis de Bourbon
LAS au celebre "Brave d'Aligny " par Louis de Bourbon
1670 LAS au celebre "BRAVE d'ALIGNY " PAR Louis DE BOURBON dit LE GRAND CONDE Louis II de Bourbon-Condé dit le Grand Condé,  Paris le 8 septembre 1621, mort à Fontainebleau le 11 décembre 1686), porte les titres de prince de Condé, duc de Bourbon, duc d'Enghien, duc de Montmorency, duc de Châteauroux, duc de Bellegarde, duc de Fronsac, gouverneur du Berry, comte de Sancerre (1646-1686), comte de Charolais (à partir de 1684), pair de France, premier prince du sang. Général français pendant la guerre de Trente Ans, il fut l'un des meneurs de la Fronde des princes Lettre de une page in 12  st germain ce 5 janvier 1670 lettre entierement autographe de Louis de Bourbon   (le grand condé)   il ecrit au Comte d'Aligny  (surnommé  le brave d'Aligny  par le roi louis XIV)   pour le remercier  " du choix que vous avez faict de moy pour le dedicasse de vostre livre "les maximes de la guerre"  etc etc   ........ signature  LOUIS DE BOURBON INFORMATIONS  sur  "le brave d'aligny "  Pierre Quarré d'Aligny, Fait Comte d'Alligny, par différents brevets de Louis XIV; commença par servir dans la Première Compagnie de Mousquetaires du Roi, fut honoré du Gouvernement de Pierre-Châtel, pour être entré un des premiers dans la ville de Valenciennes en 1677. Il commanda depuis, le détachement qui reprit avec éclat et bravoure cette fameuse demi-lune au siège de Maëstricht, où il reçut 5 blessures qui lui méritèrent la charge de Maréchal des Logis, avec une pension de 500 écus. La jalousie du comte de Forbin le fit disgracier et le roi se souvenant de ses services le gratifia de la charge de Colonel des Milices de Bourgogne et lui envoya un Courrier à sa terre d'Aligny. Lorsqu'il parut devant sa Majesté, le Roi lui dit qu'il l'avait préféré à tous ses colonels réformés de cette Province et le nomma: le brave d'Alligny. Il fit servir ce nouveau Régiment en Italie et en Piémont, se trouva aux fameuses Batailles de Stasarde et de la Marsaille. Le Maréchal de Catinat faisait tant d'estime de son régiment et de lui, que n'étant que Brigadier d'Infanterie, il lui donna le Commandement des Vallées. Le Comte d'Aligny fut en relation avec les Princes de la Maison de Condé et tous les Grands Généraux du siècle de Louis XIV. Le Monarche le distingua dans plusieurs occasions, le fit Grand Bailli d’Épée du Charolais et Gouverneur d'Autun; il fut reçu Chevalier de Saint-Louis, à la seconde promotion et le premier qui en ait été fait, au nom du roi en Bourgogne.  
211